top of page

Éveiller sa conscience écologique avec la sophrologie : explorer le lien entre bien-être personnel et respect de l'environnement




Dans notre quête pour préserver l'environnement, nous explorons une approche peu connue : la sophrologie. Cette pratique, axée sur la relaxation et la conscience de soi, pourrait bien être un outil précieux pour encourager des comportements respectueux de l'environnement au quotidien. Découvrons comment la sophrologie peut influencer positivement notre relation avec la nature avec Séverine Bardil, sophrologue.


Comment la sophrologie peut-elle aider les gens à être plus conscients de leur impact sur l'environnement au quotidien ?


La sophrologie est une technique psycho-corporelle qui permet de retrouver un équilibre entre le corps et l’esprit. Par la pratique d’exercices dits de relaxation dynamique, de visualisation et de relaxation, on développe une meilleure conscience de soi. Ce travail de développement personnel mène souvent à l’apparition d’interrogations sur son mode de vie, la qualité de ses relations, son rapport aux autres et à son environnement. Ces prises de conscience peuvent avoir un impact sur son environnement au quotidien en suscitant des envies de remédiation. 


Existe-t-il des techniques spécifiques en sophrologie qui encouragent des comportements respectueux de l'environnement ?


En sophrologie, plusieurs techniques encouragent des comportements respectueux de l’environnement. Il s’agit de la respiration, la visualisation et certains exercices de relaxation dynamique. En prenant conscience de sa respiration et de l’importance de celle-ci, on peut se poser la question de la qualité de l’air que nous respirons au quotidien. Des exercices de visualisation qui font appel aux sens (la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût) permettent de prendre conscience de l’environnement naturel qui nous entoure. Enfin, la respiration de l’arbre qui est un exercice de relaxation dynamique, permet de favoriser un état de sérénité en s’identifiant à un arbre et encourage ainsi le besoin de le protéger.


En quoi la sophrologie peut-elle contribuer au bien-être individuel et collectif, et par extension, à un environnement plus sain ?


En pratiquant régulièrement la sophrologie, on développe un bien-être individuel. Ce nouvel équilibre à un impact dans nos relations aux autres.


On se sent :

  • plus apaisé 

  • à l’écoute de nos ressentis

Et on acquiert des ressources adaptives qui nous permettent de nous sentir en accord avec nos valeurs et nos aspirations. Ce cercle vertueux va contribuer à vivre dans un environnement plus sain notamment au niveau des relations humaines. En effet, en changeant nos habitudes et nos réactions aux autres, on va également changer la réaction des personnes qui nous entourent. En vivant dans un environnement plus bienveillant, on encourage des attitudes bienveillantes envers son environnement. Des pratiques plus respectueuses de l’environnement pourront alors se pérenniser en étant adoptées par un nombre grandissant de personnes.


Avez-vous des exemples pratiques de personnes qui, grâce à la sophrologie, ont adopté des habitudes de vie plus durables ?


Par exemple, un accompagnement en sophrologie a permis à une personne d’être plus sereine au quotidien.

En effet, cette personne qui avait pour objectif d’être plus sereine au quotidien, a réussi à être plus apaisée dans sa vie en pratiquant régulièrement les exercices vus en séance. Limiter le stress dans sa vie fait partie des habitudes de vie plus durable en adoptant une hygiène de vie qui contribuera à être en meilleure santé et à prendre des décisions de manière plus consciente et non sous l’impulsion de la pression liée au stress.


Comment la sophrologie peut-elle aider à gérer le stress lié aux préoccupations environnementales et favoriser une meilleure résilience face à ces défis ?


En aidant des personnes souffrant d’éco-anxiété par exemple, la sophrologie est un outil précieux dans notre monde actuel. La gestion du stress est récurrente dans mes accompagnements et la sophrologie permet à la fois d’acquérir davantage de sérénité mais également de développer sa capacité d’adaptation. Cette dernière étant un atout pour chacun face aux défis environnementaux actuels.


Y a-t-il des conseils simples de sophrologie que vous recommandez pour renforcer la connexion avec la nature et encourager un comportement écologique ?


Un de mes principaux conseils est d’aller respirer le plus souvent possible en pleine nature. La respiration consciente liée ou non à la marche en pleine conscience permet de renforcer le lien corps et esprit.

Ses vertus sont multiples :

  • réduction de la tension artérielle,

  • amélioration de la mémoire et de l’attention,

  • diminution du stress et des angoisses,

  • contribution à un meilleur sommeil,

  • augmentation de la sensation de détente et de tranquillité


La prise de conscience de l’importance de la qualité de l’environnement et de l’air que nous respirons, contribue à encourager un comportement écologique en voulant davantage le protéger.


En prenant un temps pour soi lors d’exercices de sophrologie (relaxation dynamique, visualisation, relaxation), on comprend l’importance de ralentir et de revenir aux ressentis corporels, mentaux ou émotionnels. Notre mental est très souvent en ébullition et on ressent très souvent le poids de la charge mentale. Afin d’être plus disponible dans sa relation aux autres, on comprend l’importance d’être à l’écoute de son corps et de ses besoins. Un petit exercice qui s’appelle le scan corporel permet ce retour à soi nécessaire ainsi que la nécessité de revenir au moment présent. Ces prises de conscience sont tout à fait liées à l’adoption d’un comportement écologique.


Comment la sophrologie peut-elle contribuer à créer une communauté plus consciente des enjeux environnementaux ?


En sophrologie, on s’aperçoit que tout est lié : le corps et l’esprit, soi et son environnement et que nous sommes tous liés les uns aux autres. Les personnes qui pratiquent la sophrologie veulent prendre soin de leur corps (retrouver un état de bien-être physique, se nourrir de ce qui est bon…), éliminer ce qui est nuisible (le stress par exemple)  et sont en recherche d’un équilibre dans leur milieu (environnemental, familial, professionnel). Ces aspirations partagées par des personnes soucieuses de leur développement personnel, leur permettent de prendre conscience des enjeux environnementaux.


Pensez-vous que la sophrologie peut influencer positivement la sensibilisation aux problématiques écologiques au sein de la société ?


La première approche de la sophrologie se fait généralement lors d’un besoin de changement d’état d’être. Ce besoin de développement personnel est au cœur de la recherche d’un meilleur équilibre entre soi et son environnement (qu’il soit familial, amical ou professionnel). La sophrologie va aider les gens à être plus à l’écoute de leurs ressentis physiques, mentaux ou émotionnels. Cette recherche est intimement liée au respect de l’environnement et à l’écologie. En étant soucieux de son mieux-être individuel, on atteint un mieux-être pour tous et notamment par la recherche commune de solutions pour résoudre les problèmes écologiques actuels.


Quels sont, selon vous, les aspects de la sophrologie qui peuvent avoir un impact direct sur la préservation de l'environnement ?


La pratique de la sophrologie en pleine nature encourage la préservation de l’environnement. Faire l’expérience d’une sophro-balade permet d’être en contact direct avec les éléments de la nature (l’air, les arbres, les plantes, l’écosystème qui nous entoure…) et renforce le besoin de la préserver.


De plus, un des principes de la sophrologie est : l’action positive. C’est l’idée que toutes les actions, pensées ou ressentis positifs engendrent de nouvelles actions, pensées ou ressentis positifs en faisant intervenir nos cinq sens. Les visualisations pratiquées en séance s’inscrivent alors dans notre cerveau comme une expérience vécue.


Cela étant possible car notre cerveau ne fait pas la différence entre ce que nous voyons et ce que nous imaginons. Ceci va avoir une répercussion sur tout notre être et ainsi aider à la préservation de l’environnement.


En quoi la pratique régulière de la sophrologie peut-elle influencer la manière dont les individus interagissent avec leur environnement au quotidien ?


En sophrologie, on apprend la bienveillance envers soi (et l’importance du non-jugement). Cet apprentissage permet de développer la compréhension de soi et la volonté d’être en accord avec ses besoins. En faisant un retour régulier aux sensations physiques, on revient à l’ici et maintenant.


De plus, on comprend également l’intérêt de ne pas surexploiter son corps. Toutes ses capacités et ses compréhensions mènent à un plus grand respect des gestes écologiques quotidiens (l’importance du tri, les déplacements à pieds ou en vélo…), l’intérêt d’avoir une consommation juste et responsable ainsi que l’importance du développement durable et de la préservation de la nature.  


Un grand merci à Séverine pour avoir répondu à nos questions. Si vous souhaitez aller plus loin :

33 vues0 commentaire
bottom of page