Blog

Réunion d'information Linky

February 28, 2017

Jeudi 9 mars de 20H à 21H30, à Villennes (salle Magnet, à la Maison des Associations, rue des écoles) le collectif Linky 78 donnera une réunion publique d'information sur le compteur Linky, dont le déploiement a déjà commencé dans les Yvelines.

 De fausses vertus, mais de vrais dangers pour nos libertés et notre santé !

 

Le distributeur Enedis (ex-ErDF) veut remplacer dans toute la France les compteurs d'électricité ordinaires par des modèles communicants appelés « Linky ». Filiale à 100 % d'EDF, l'entreprise prétend que ces compteurs seraient "intelligents" et apporteraient aux usagers de nombreux avantages. De même, le distributeur de gaz GrDF (avec le compteur « Gazpar ») et les fournisseurs d'eau développent leurs propres compteurs communicants, avec les mêmes arguments promettant un monde merveilleux, connecté et si pratique... Mais la réalité est bien différente !

Note : cet article évoque prioritairement les compteurs Linky, car ils sont en cours de déploiement, mais la plupart des informations concernent aussi les compteurs communicants de gaz et d'eau.

 

D'abord un désastre écologique et financier

 

Installer des compteurs communicants revient d'abord à se débarrasser de 81 millions de compteurs ordinaires (35 millions pour l'électricité, 35 pour l'eau, 11 pour le gaz) en parfait état de marche. Les opérateurs ont beau assurer que des filières de recyclage vont être mises en place, elles ne devraient concerner que des appareils arrivés en fin de vie. Enedis se défend aussi en assurant qu'un million de compteurs est changé chaque année, mais cela montre qu'il y a un renouvellement « naturel » en 35 ans, pas en 5 ans !

 

C'est d'autant plus grave que les compteurs actuels – ne pas utiliser l'expression « vieux compteurs » que tente d'imposer Enedis : quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage... ou qu'il est vieux – peuvent durer 60 ans ou plus, contrairement aux compteurs communicants qu'il faudra remplacer officiellement dans 15 à 20 ans, en réalité dans 5 à 7 ans.

 

A peine installés, pour un coût d'au moins 5 milliards d'euros, les Linky devront donc déjà être remplacés. Mais, loin de reconnaître ses torts, Enedis présentera cette opération comme un progrès, la mise en place d'une « nouvelle génération » de Linky, « plus efficaces », « plus sécurisés », etc : c'est une ficelle utilisée depuis longtemps, des logiciels Windows aux téléphones mobiles rapidement rendus obsolètes...

Ces renouvellements successifs nécessiteront d'immenses quantités d'énergie, de matières premières... et de milliards : nos milliards, qui devraient servir pour renforcer le réseau, enterrer les lignes, améliorer la distribution de l'électricité dans nos communes, et non pour doper les profits des industriels.

 

Enfin, il est à noter que, dès qu'un compteur Linky leur a été installé, de nombreux ménages voient leurs appareils électriques et domotiques devenir « fous » : comme rapporté par divers médias comme La Voix du Nord ou Le Figaro (peu soupçonnable d'activisme « écolo »), les volets s'ouvrent et se ferment n'importe quand, les lampes clignotent jour et nuit, la télé s'éteint en plein film, etc. Mais Enedis se défile et vous invite à changer votre matériel et vos appareils... à vos frais !

 

Les promoteurs des compteurs communicants parlent de « transition énergétique » et d'économies d'énergie, mais il s'agit en réalité, pour les citoyens, d'un désastre écologique et financier.

 

Des « vertus » absentes

 

Pour justifier leur mise en place, les compteurs communicants sont parés de nombreuses vertus qui, lorsqu'on veut bien y regarder, ne sont que des prétextes bien peu convaincants.

 

Pour le développement des énergies renouvelables ? Non !

Les compteurs communicants seraient "indispensables" pour intégrer les énergies renouvelables dans le système électrique. Or il existe un contre-exemple édifiant : l'Allemagne, où il y a immensément plus d'énergies renouvelables qu'en France, a annulé le déploiement des compteurs communicants qui seront réservés aux très gros consommateurs, entreprises, usines, etc.

 

Pour avoir des factures précises ? Non (pas plus qu'actuellement) !

Ces compteurs permettraient aussi d'avoir des factures correspondant aux consommations réelles et non à de simples estimations. Mais, depuis longtemps, chacun peut communiquer ses consommations à ses fournisseurs, par téléphone ou Internet, pour avoir des factures précises.

 

Pour faire des économies d'énergie . Non !

Les études avancées peinent à convaincre : GrDF évoque un infime 1% d'économies avec les compteurs communicants de gaz, probablement pour ne pas reconnaître que le vrai chiffre est zéro.

Quant aux ménages dotés de compteurs communicants d'électricité, une étude citée par l'Agence pour la maîtrise de l'énergie (ADEME) montre 10% d'économies au début, tombant à 5% après 4 mois, et... un retour au point de départ au bout de 6 petits mois !

L'explication de ce phénomène est bien connue des chercheurs : les personnes placées dans une situation nouvelle modifient d'elles-mêmes leur comportement, du moins au début, avant que la vie ne reprenne peu à peu son cours normal.

Outre le fait qu'elles sont éphémères, les économies ne sont donc pas dues aux compteurs communicants mais au comportement des gens. C'est d'ailleurs une donnée édifiante : de bonnes campagnes d'information permettraient de faire des économies réelles... et pérennes.

 

Pour faire baisser nos factures ? Au contraire !

Non seulement Linky ne permettra pas d'économies mais, au contraire, de nombreux foyers vont devoir prendre un abonnement plus élevé et donc payer plus cher. En effet, malgré les dénégations d'Enedis, les compteurs communicants disjonctent plus vite que les compteurs ordinaires et, comme rapporté par divers médias tel l'Est Républicain , de nombreux usagers sont obligés de souscrire à des abonnements plus élevés et donc plus chers.

 

Pour améliorer notre vie ? Non, pour le BIG DATA

Les compteurs communicants n'amélioreront pas notre vie, au contraire, car ils sont faits pour autre chose, développer le BIG DATA : la captation d'innombrables informations sur nous et nos vie, comme le reconnaît Philippe Monloubou, Président d'Enedis.

 

Le danger avéré des ondes électro-magnétiques

Concernant la santé, on ne peut que constater les similitudes troublantes avec des dossiers dramatiques comme l'amiante, le nucléaire, le tabac, les pesticides : de nombreuses études mettent en lumière les risques quand d'autres, souvent initiées ou financées par les industriels, "prouvent" le contraire.

Ce n'est que des années, voire des décennies plus tard, que la vérité ne peut plus être niée devant l'explosion du nombre de cancers, leucémies et autres maladies gravissimes.

Or, le moins que l'on puisse dire est qu'il existe un très fort doute sur la prétendue innocuité des ondes électromagnétiques qui sont d'ailleurs classées "cancérigènes possibles" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), laquelle pointe aussi la forte incertitude concernant l'exposition « faible mais prolongée » aux ondes électromagnétiques. Or, avec les compteurs communicants, l'exposition sera peut-être « faible » (et peut-être bien plus élevée que ce que l'on veut bien nous dire) mais en tout cas elle sera plus que prolongée puisque permanente !

Il n'est donc pas utile de discuter indéfiniment avec Enedis et autres promoteurs des compteurs communicants : nous ne voulons pas servir de cobayes pour voir si, dans 5 ou 8 ou 15 ans, nous avons effectivement des cancers et des leucémies. Et donc nous ne voulons pas les compteurs communicants.

Linky nous renvoie dans les grottes !

D'ores et déjà, le nombre de personnes devenant subitement électro-sensibles s'accroît de façon dramatique. D'abord considérées comme "dérangées mentalement", ces personnes sont aujourd'hui si nombreuses que le phénomène ne peut plus être nié. Comble de l'absurde, ces technologies dites "de pointe", relevant de la plus grande "modernité", font que des gens tentent désormais de trouver refuge dans des grottes ou au fond des bois, le plus loin possible des antennes et autres compteurs "communicants", qui nous renvoient finalement à l'âge de pierre.

 

Compteurs communicants : CPL et téléphonie mobile !

L'installation des compteurs communicants, si elle se poursuit, va démultiplier l'exposition de la population et le nombre d'électro-sensibles. Le compteur Linky génère des données diffusées par la technologie du CPL (Courant porteur en ligne) qui crée des rayonnements électromagnétiques dans tout le logement car les fils électriques, non prévus pour cet usage, ne sont pas blindés.

Les informations convergent ensuite vers le transformateur de quartier d'où elles sont réexpédiées par GRPS, c'est-à-dire par la téléphonie mobile, soumettant les riverains à de nouvelles ondes. Il en est de même des compteurs communicants de gaz (Gazpar) et d'eau qui expédient directement leurs informations par ondes radio vers des antennes situées à proximité ou sur les habitations.

Les opérateurs se sont par ailleurs alliés avec des entreprises préparant l'avènement des "objets connectés" : vous aurez bientôt la possibilité - payante bien sûr - de connecter à Internet votre brosse à dent, vos chaussures, votre pot de confiture... Ces options absurdes seront rendues possibles, dans un grand "bain" d'ondes électromagnétiques, par la pose des compteurs communicants.

Mise en cause des libertés publiques

Mais ce n'est pas tout : la mise en cause de notre santé se double aussi de celle de nos libertés. Explication : il est acceptable que nos fournisseurs sachent, tous les deux mois ou au pire tous les mois, combien nous avons consommé d'électricité, de gaz ou d'eau, globalement durant la période concernée. Par contre, il est injustifiable que ces sociétés connaissent nos consommations tout au long de la journée, ainsi que l'utilisation quotidienne de nos objets, car cela leur donnera d'innombrables informations sur nos vies privées, à commencer par notre présence ou absence du lieu de logement;

Et ces données seront bien entendu récupérables par les autorités, sans même obtenir l'aval d'une instance judiciaire, dès lorsque l'on est comme actuellement sous le règne de l'état d'urgence, en attendant de passer à l'état de siège. L'Histoire a montré que, lorsque les circonstances le leur permettent, des gens qui se prétendaient démocrates n'hésitent pas à se transformer en impitoyables autocrates sous prétexte de "sauver la patrie".

La mise en place de compteurs communicants donnera à ces personnes des outils de surveillance généralisée de la population, et en particulier des opposants, des militants pour les droits et libertés. C'est si vrai que la Ligue des Droits de l'Homme a demandé l'arrêt de l'installation des compteurs Linky par un communiqué cinglant.

 

Conclusion
Refuser les compteurs communicants... ... et garder les compteurs actuels !

 

Les citoyens doivent donc refuser les compteurs communicants pour préserver leur santé, leurs libertés, les finances publiques et l'environnement. Le refus individuel est possible, la pénalité financière (1500 euros) envisagée n'ayant pas été votée par les parlementaires. Mais, lorsque les compteurs sont accessibles depuis la rue ou dans les locaux techniques d'habitations collectives, les opérateurs ne se gênent pas pour installer les compteurs communicants malgré l'opposition des habitants.

 

La solution la plus efficace est donc que ce soient les communes qui refusent les compteurs communicants. Ce sont en effet les communes qui sont propriétaires des compteurs d'électricité (et non Enedis), elles ont donc toute latitude pour refuser la mise en place des Linky.

C'est différent pour les compteurs de gaz et d'eau, dont les collectivités ne sont pas toujours propriétaires mais, par contre, GrDF et les autres opérateurs ont besoin de l'accord de la commune pour installer du matériel (antennes, concentrateurs) : il suffit donc de répondre négativement pour bloquer le projet.

 

Des centaines de communes ont déjà refusé les compteurs communicants, d'innombrables personnes refusent de voir leur santé et leur vie privée mises en cause. Cette affaire semble synthétiser tous les travers de notre société : des "élites" européennes, nationales, industrielles, ont décidé arbitrairement d'entrer chez nous pour remplacer nos compteurs et nous soumettre à leurs intérêts industriels et financiers. L'expression de la dignité des citoyens passe par le refus net des compteurs communicants.

Please reload

Featured Posts

CLIMAT : TRIEL EN TRANSITION !

November 13, 2019

1/10
Please reload

Archive
Please reload

Follow Me
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Instagram Icon