top of page

Valorisez vos biodéchets

Dernière mise à jour : 29 juin


Le 15 juillet Sophie Pailla, guide-composteur (https://www.facebook.com/sophie.pailla.1), est venue animer un atelier au jardin. Elle répond à nos questions :

Qu'est-ce qu'un biodéchet ?

C'est un déchet organique putrescilbe. Il peut s'agir de déchets alimentaires issus de la cuisine, ou de déchets végétaux issus du jardin


La réglementation

Depuis le 1er janvier 2024, nous sommes censés trier nos déchets et les collectivités doivent nous proposer des solutions de tri. Dans le cas de GPSEO, la situation actuelle est présentée ici https://gpseo.fr/article/tri-la-source-biodechets-les-infos-cles.


Les solutions individuelles

Si l'on peut traiter ses biodéchets chez soi, on évite les transports qui consomment de l'énergie et produisent du CO². Différentes solutions sont possibles :


Le compost

Il s'agit de stocker les biodéchets dans un coin de son jardin ou dans un composteur (Voir l'offre de GPSEO https://formulaires.demarches.gpseo.fr/formulaires-non-publies/obtenir-composteur-formulaire/)


Quelques règles à respecter :

  • On doit assurer un équilibre dans le compost entre l'azote et le carbone. L'azote est apporté par es déchets alimentaires la partie verte des déchets végétaux. Le carbone sera apporté par de la matière marron : feuilles mortes, broyat de bois, cartons.

  • Le compost doit rester humide (il faudra éventuellement l'arroser). Toutefois l'apparition de moucherons signale un compost trop humide.

  • L'intérêt du composteur avec couvercle est d'offrir une protection contre la pluie (qui lessive le compost) et le soleil (qui le dessêche). Il permet aussi - grace à une trappe - de récuperer le fond du compost qui est arrivé à maturité. Le fond du composteur est ouvert pour permettre le passage des vers de terre ; certains vont toutefois y placer un grillage pour éviter l'arrivée des rongeurs.

  • On peut mettre dans le compost les agrumes et aussi les déchets carnés - avec le risque (ou l'intérêt ;-) d'attirer les animaux

  • Les éléments se décomposent mieux s'ils sont en petits morceaux ; on veillera donc à déchirer le carton en petits morceaux, à découper les agrumes, à tronçonner les longues tiges, à broyer les branchages

  • Le compost ne doit pas être trop compact pour éviter la fermentation : on alternera les déchets carbonés avec la tonte du gazon, par exemple

  • On veillera à mélanger le compost pour accélerer la décomposition et déranger les éventuels rongeurs

  • L'ortie, le sureau et la cousoude sont des activateurs de compost ; on en ajoutera régulièrement.


La matère brune issue du compostage sera utilisé pour les cultures. Elle a l'intérêt de fournir les éléments nutritifs pour la plante et de retenir l'eau.


Le lombricompost


Le combricompost, comme le bokashi, est une solution pour ceux qui n'ont pas de jardin. Un lombricomposteur se présente en une structure à plusieurs étages que l'on trouve dans le commerce (ex : https://www.jardins-alternatifs-grenoble.com/produit/lombricomposteur-belli-32-l/?srsltid=AfmBOoqCaplAcnBxnJom2E8At9EyYssXmff1yTfM9wo5ABgxRMa6hQAHN_Q) ou sur Le Bon Coin où l'on déposera les biodéchets. Les vers s'en nourriront et produiront un compost qui pourra être utilisé pour les plantations.



Sophie nous oriente vers le site www.plus2vers.com :


Le paillage

C'est la solution la plus simple au jardin : "chop and drop", comme disent les anglo-saxons. Vous coupez et vous laissez sur place. Ca commence pour la pelouse : on ne collecte plus la tonte, on la laisse sur le terrain pour nourrir la terre. Idem dans les plates-bandes : les plantes indésirables sont arrachées et laissées au pied de vos fleurs. Et tout les déchets végétaux peuvent être utilisés au jardin comme au potager pour pailler.

Le paillage présente de nombreux avantages : il limite la pousse des mauvaises herbes, il garde la terre humide et fraiche (on réduit l'arrosage), il procure un garde manger pour le vers de terre. C'est le chouchou de la permaculture (certains pourront toutefois critiquer sont aspect esthétique ; et il peut parfois favoriser l'hébergement de limaces et escargots).


La lasagne

Pour préparer le terrain pour les plantations, on prépare sur quelques mètres carré une structures en couches qui reprend le principe des lasagnes. On commence par une couche de bois (on utilisera du bois coupé depuis longtemps, ou de fines branches qui se décomposeront rapidement), puis on alternera des couches azotées (tonte, restes de culture, déchets de la cuisine, fumier) avec des couches de carbone (feuilles mortes, cartons, broyat). On terminera avec une couche de compost. La hauteur sera de 30 à 50 cm.

La lasagne sera préparée à l'automne pour être prête pour des plantations au printemps.


La haie de Benjes

Vous ne savez pas quoi faire de votre tas de bois suite à l'élagage de vos arbres ? Construisez une haie de Benjes, du nom d'un ecologue allemand. Entre des rangés de poteau, vous stockerez vos branchages. Vous aurez ainsi constitué un habitat pour les insectes, hérissons et autres amateurs d'environnements naturels, un coupe-vent, la frontière d'un enclos, le support pour vos courges...



18 vues0 commentaire

コメント


bottom of page